Baclofène – Un remède contre l’alcoolisme au banc d’essai – Septembre 2011

Gaétan Mathieu – France – Amérique – Septembre 2011

Guérir de l’addiction à l’alcool, c’est possible selon le Professeur Olivier Ameisen.

Mais son médicament, le baclofène, prescrit à des milliers de
patients en France, suscite l’inquiétude des autorités sanitaires
françaises. Et pas seulement pour des raisons de santé…

Lorsqu’en janvier 2004, le cardiologue Olivier Ameisen décide de traiter sa dépendance à l’alcool avec le Baclofène – Baclofen en anglais -, il ne s’attend pas à des résultats aussi prodigieux. En six jours, son appétence pour la boisson a disparu.
Le médecin français avait mené son expérience d’après une étude américaine publiée en 1993 qui montrait l’efficacité du Baclofène contre les addictions chez les rats. Olivier Ameisen multiplie alors les communications pour raconter cette découverte. Le phénomène prend dans le monde entier, mais pas en France. Jusqu’à ce que le cardiologue publie en 2008 son livre Le dernier verre, attirant l’attention de nombreux généralistes français. En vente libre aux États-Unis, le Baclofène a besoin en France d’une ordonnance d’un médecin pour être délivré. Créé à la base pour lutter contre les spasmes musculaires et
la sclérose en plaques, le Baclofène est utilisé par 100 000 personnes en France.
Les chiffres varient quant aux patients l’utilisant, en réalité, pour mettre fin à leur addiction à l’alcool. Mais selon les dernières estimations, ils seraient plus de 20 000 en France à le consommer en ce sens. Selon les différentes études, le Baclofène est efficace dans plus de 80 % des cas. Comment expliquer alors la réticence de l’Afssaps, l’Agence française
de sécurité sanitaire des produits de santé ? « Il y a clairement un conflit d’intérêt. Depuis le scandale du Mediator, on sait que l’Afssaps est financé à 100 % par les laboratoires. Et très clairement, ils n’ont pas intérêt à ce que le Baclofène marche, car cela mettrait un terme à tous les autres médicaments absolument inefficaces et très chers qui sont sur le marché. Le Baclofène fermerait la porte aux pilules bidon », assure Olivier Ameisen.

Un remède contre l’alcoolisme controversé au banc d’essai